www.lessentiel.com, le site internet des magazines l'Essentiel de la Chaussure & l'Essentiel de la Maroquinerie



> Au sommaire

> Le magazine



l'Essentiel de la Chaussure

> n°203 - avril 2019

> Autre publication


Version "DEMO" du guide disponible pour consultation en ligne

Guide d'achat du détaillant

> Automne-hiver 2019/2020

> Le magazine


Version "DEMO" du magazine disponible pour consultation en ligne

l'Essentiel de la Chaussure

Supplément Maroquinerie

> n°201 - févruer 2019

> Abonnements

l'Essentiel de la Chaussure

l'Essentiel de la Maroquinerie

> Petites annonces

l'Essentiel de la Chaussure

l'Essentiel de la Maroquinerie

Tarifs petites annonces

Contact Petites annonces

> Sites partenaires

chausseur.fr

lessentiel.org

> Contactez-nous

Publicité

Rédaction

Petites annonces

Webmaster


Copyright
DGT Associés


L'actualité de la profession (23 mars 2019) - Prochaine mise à jour : mai 2019


> La FDCF fête ses 100 ans !
Un siècle d’existence et d’action, cela valait bien une fête ! La Fédération des Détaillants en Chaussures de France (FDCF) l’a organisée le 20 février dans un lieu de prestige, la Tour Eiffel, en présence de nombreux invités. Si l’on excepte la Confédération des Commerçants de France (CDF), multisectorielle, elle est la plus ancienne parmi les organisations professionnelles de l’équipement de la personne et antérieure à un bon nombre de syndicats professionnels du commerce de détail non alimentaire. Cent ans après, la fédération des chausseurs indépendants reste très représentative de la profession.
À l’occasion de cet anniversaire, un Conseil fédéral a entériné le passage de témoin de Philippe Daquai, président de la FDCF depuis 2013, à Sandrine Lacotte Garcin, nouvelle présidente.
Sandrine Lacotte Garcin, 50 ans, est à la tête d’une entreprise qui compte trois magasins de chaussures employant quatorze personnes à Marseille et à Aix-en Provence. Elle est issue d’une lignée de 4 générations de professionnels du cuir et de la chaussure.
La FDCF a mis à profit cette célébration pour proposer au Premier ministre 10 mesures urgentes réunies dans un Livre Blanc pour assurer la pérennité du secteur. - le 23/03
/2019

> Geox en recul
L’italien Geox a réalisé un exercice 2018 difficile, annonçant un chiffre d'affaires en recul de 6,5 % (- 5,5 % à taux de change constant), à 827,2 millions d'euros. Si le 1er trimestre avait enregistré un - 11,2 % de mauvais augure, l’année s'est achevée sur un plus flatteur + 2 % au dernier trimestre. Ce redressement relatif doit avant tout au commerce en ligne (+ 12 % en 2018 et + 22 % au 4e trimestre). L’Ebitda tombe à 38,3 millions d'euros, contre 64 millions en 2017. - le 23/03
/2019

> Staggy (Groupe Éram) va baisser le rideau
Le groupe Éram va fermer tous ses points de vente Staggy, une enseigne dédiée à la chaussure de sport et lifestyle créée en 2002. Ses 24 magasins en France baisseront le rideau tout au long de 2019. Certains passeront sous une autre enseigne du groupe, d’autres seront cédés. Staggy subit la forte concurrence des enseignes de sport. - le 23/03
/2019

> Un outlet pour Royer
Le groupe Royer a ouvert son premier outlet à l’enseigne Outlet Royer le 8 mars, avenue du Maréchal-Leclerc à Cholet, sur 280 m2. Le groupe y présente les collections passées des marques Kickers, Mod8, Aster, Hush Puppies, Pare Gabia, New Balance et Converse. Si Kickers et New Balance présentent l’ensemble de leur offre, Converse ne propose que son offre enfant.
C’est à Cholet que Royer abrite le siège de son pôle junior, lequel est entré en négociations exclusives auprès de Vivarte pour reprendre Chevignon. - le 23/03
/2019

> VIVARTE
Stéphane Roche (57 ans) a été nommé directeur général. Sa mission sera d’accompagner le président, Patrick Puy, « dans le déploiement du plan de relance et de développement des deux enseignes du groupe, La Halle et Caroll ». À l’issue du processus de cession en cours des enseignes de chaussures Minelli, San Marina et Cosmo Paris, le périmètre du groupe sera circonscrit à ces deux enseignes. Stéphane Roche a débuté chez Procter&Gamble en 1986 avant de poursuivre sa carrière successivement chez Ricard, Decathlon, La Redoute Benelux, Redcats Royaume-Uni et Cyrillus. Entre 2011 et 2018, il occupait le poste de directeur général de l’enseigne pour homme Brice avant de devenir brièvement directeur retail et développement de Fashion 3, groupement de plusieurs grandes marques d’habillement (Mulliez). - le 23/03
/2019

> CLARKS
Giorgio Presca, ex-directeur général de Geox, prend la tête de Clarks. Il relève Stella David, nommée directrice générale par intérim à la suite de la démission de Mike Shearwood en juin 2018, lequel avait dû démissionner pour « comportements déplacés ». - le 23/03
/2019

> CEC
Luis Onofre a été élu président de la Confédération Européenne de l'industrie de la Chaussure (CEC). Le président de l'APICCAPS (Association des fabricants portugais) succède à l'italien Cleto Sacripanti et prendra ses fonctions le 24 mai à Porto. Basée à Bruxelles, la CEC représente l'ensemble de l'industrie européenne de la chaussure. Une industrie qui comprend quelque 21 000 entreprises employant 278 000 salariés.
Luis Onofre est depuis mai 2017 président de l'APICCAPS. Il a étudié à l'Ecole des Beaux-Arts de Porto et a été par la suite diplômé du Centre de formation professionnelle de l'industrie de la chaussure, devenue l'Académie du design et de la chaussure.
Sa marque éponyme, Luis Onofre, est commercialisée dans le monde entier. C'est la deuxième fois qu'un Portugais assume les destinées de la CEC. En 2012, Fortunato Frederico l’avait dirigée pour trois ans. - le 23/03
/2019

> TBS
Julien Bianchi a été nommé directeur général de TBS, la marque sportswear prêt-à-porter et chaussures du Groupe Éram. Il prend la suite de Jean-Marc Taillieu, parti en novembre après quatre ans à la tête de la marque.
Diplômé de l’ISC Paris, Julien Bianchi a notamment passé quatre ans chez La Halle aux chaussures en tant que responsable du marché sport, puis près de deux ans chez Vente-privée.com en tant que responsable grands comptes dédiés aux achats prêt-à-porter femme, puis souliers. - le 23/03
/2019

> ÉTUDE : LE BUDGET MODE POURSUIT SON RECUL
Après - 6,2 % en 2017, le budget mode des Français a encore reculé de 8,2 % l’an dernier ! C’est ce qu’indique l’étude du cabinet Simon Kucher qui analyse depuis quatre ans les habitudes shopping des consommateurs. Plus concrètement, ceux qui consacrent moins de 100 euros à une sortie shopping (32 % des répondants) sont 30 % à avoir effectué moins d’achats textile en 2018. 28 % des personnes qui dépensent entre 100 et 300 euros (48 % des sondés) ont fait de même, tout comme 26 % des consommateurs consacrant plus de 300 euros à une séance de shopping.
Pourquoi ces restrictions de budget ? Sont mis en avant la plus grande attention au budget (68 %), aux meilleures offres promotionnelles (34 %) et aux marques plus accessibles (19 %).
Une confirmation :
le désintérêt croissant des consommateurs pour les soldes. 19 % des personnes interrogées se déclarent indifférentes en raison des promo- tions toute l’année et des ventes privées (+ 2 % par rapport à 2017). Néanmoins, c’est encore pour 36 % des consommateurs le moment où ils achètent la majorité de leurs vêtements (- 1 %).
Une autre confirmation : l’étude fait apparaître que le marché de l'habillement poursuit sa polarisation entre enseignes haut de gamme et chaînes low cost, au détriment du moyen de gamme. Une même cliente peut consommer à la fois chez Primark et chez Maje. Ainsi 42 % des clientes Sandro se rendent aussi chez Kiabi. - le 23/03
/2019

> Les petits malheurs de Vivarte
Après le long feuilleton – toujours en cours – de son démantèlement progressif dû à la nécessité pour le groupe de rembourser sa dette excessive, voilà que Vivarte doit aussi affronter des « petits malheurs » (en comparaison avec ses « gros » malheurs). En effet, le mouvement des « gilets jaunes » ne l’a pas laissé indemne. Le groupe a perdu 20 millions d'euros de chiffre d'affaires, estime son PDG, Patrick Puy. Et « dix millions de marge »... Autre conséquence du mouvement social, Vivarte n’a pu embaucher des dizaines d'intérimaires à qui il a l'habitude de faire appel en période de fin d’année.
Mais ce n’est pas tout. Le groupe s’est fait voler 200 000 euros de chaussures début décembre 2018. Il s’agissait de retours, stockés dans son vaste entrepôt d’Issoudun (Indre). Ces chaussures devaient y être reconditionnées pour repartir ensuite à la vente. Bottes, escarpins en cuir et autres baskets de marques ont été emportés directement dans le camion de la société, avant que les voleurs, qui s’étaient introduits le week-end sur le site, n’abandonnent le véhicule dans la nature pour transporter plus discrètement la marchandise. - le 25/02
/2019

> La Halle : la fusion des deux enseignes effective
La Halle Mode et Accessoires a absorbé La Halle Chaussures et Maroquinerie. Le groupe a officialisé le 31 janvier la fusion des deux entités juridiquement actée le 1er janvier. Son nom définitif : La Halle. Ce projet est, a précisé Vivarte, « sans conséquence sur l’emploi et permet aux salariés de bénéficier des avantages sociaux des deux enseignes ». La Halle emploie 8 000 salariés. - le 25/02
/2019

> Chauss’expo est sortie de la procédure judiciaire
Un an après son placement en redressement judiciaire, l’enseigne de grandes surfaces spécialisées de la famille Desmazières a vu son plan de relance validé début février par le tribunal de commerce de Lille. Il sera mis en œuvre par Cyril Goulet qui prend la barre de l’enseigne. Cyril Goulet était le directeur général Europe de Pimkie jusqu’en décembre 2017. L’enseigne a fermé une soixantaine de magasins en un an. - le 25/02
/2019

> Centres commerciaux : fréquentation en baisse l’an dernier
Le Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC) a annoncé un recul de 1,7 % de la fréquentation des centres commerciaux en 2018. On en connaît les raisons principales : la météo trop peu de saison, ainsi que le mouvement des « gilets jaunes » en fin d’année. En 2017, le recul avait été de 1,8 %. Vu les circonstances, le recul aurait pu être plus important encore.
Les centres commerciaux d’Ile-de-France ont un peu mieux résisté ( - 1 %) que les centres en régions qui ont enregistré une baisse de trafic de 2 %. Les plus touchés sont les centres commerciaux de périphérie, plus particulièrement concernés depuis novembre par les blocages des « gilets jaunes ». - le 25/02
/2019

> 3-5 avril 2019 : Le 6e Congrès mondial de la chaussure à Naples
Les inscriptions à la 6e édition du Congrès mondial de la chaussure sont ouvertes. Elle se tiendra à Naples du 3 au 5 avril 2019. Ce congrès sera l’occasion pour les professionnels de l'industrie de la chaussure de découvrir les dernières évolutions et les opportunités dont les entreprises peuvent tirer parti dans une économie et une société en mutation rapide.
Cette édition, organisée comme les précédentes par la Confédération Européenne de la Chaussure, aura pour thème : « Digitalisation pour une industrie de la chaussure durable ». Elle réunira des conférenciers et des experts internationaux pour débattre du digital et de la durabilité, ainsi que de ce qu’elles impliquent pour l’avenir du secteur de la chaussure. Le programme donnera également aux participants la possibilité de visiter des usines de chaussures locales.
Les participants peuvent déjà s'inscrire en remplissant le formulaire sur le site web dédié du Congrès mondial de la chaussure 2019 : www.worldfootwearcongressnaples2019.com. - le 25/02
/2019

> À l’initiative du CNC : Lancement du 1er Sustainable Leather Forum à Paris
La Filière Française du Cuir est depuis longtemps attentive à la réduction de l’impact de ses activités sur l’environnement, à l’économie circulaire, au sourcing des produits, à la traçabilité, à la formation professionnelle, aux conditions de travail de ses salariés et à l’ancrage territorial.
Forts de ces engagements, les professionnels du cuir, regroupés au sein du Conseil National du Cuir, ont décidé d’organiser à Paris le 1er forum international « Sustainable Leather Forum », dédié à la responsabilité sociétale dans les industries du cuir, de la chaussure, de la maroquinerie et de la ganterie. Dans le cadre de ce forum, qui se veut un lieu d’échanges, seront présentés et débattus par les entreprises, organisations publiques et institutionnels les innovations et progrès en termes d’outils, de produits et de nouvelles technologies.
L’objectif du Sustainable Leather Forum est double : démontrer les bonnes pratiques des industries du cuir, notamment françaises, couplées à quelques exemples d’autres secteurs, en matière d’emplois et d’opportunités économiques, et apporter une véritable réflexion aux acteurs de la mode, décideurs politiques et leaders d’opinions en vue de concevoir des solutions pour faire progresser le développement durable dans leur domaine d’activités.
Date : lundi 16 septembre 2019. Horaires : 9h à 18h - Entrée : 50 euros (prix dégressif). Lieu : FNTP – 3, rue de Berri 75008 Paris - www.slf-paris.com - le 25/02
/2019

> Fraude : Vente-Privée sur la sellette...
Décidément, le commerce sur le web n’est pas toujours très net !
Le site de déstockage Vente-Privée fait l’objet d’une accusation de tromperie sur les prix de la part de la DGCCRF qui reproche à l’entreprise « (...) d'avoir cherché à donner à ses clients l'illusion de faire une bonne affaire en mettant en place différentes stratégies frauduleuses visant à construire un prix de référence fictif ». De ce fait, l’organisme de répression des fraudes a transmis à la procureure de la République de Bobigny les conclusions d'une enquête la concernant. Ledit « prix de référence » est le prix à partir duquel est calculé le taux de réduction pratiqué. Or, indique la DGCCRF dans son communiqué, « des prix de référence qui ne correspondaient dans les faits à aucune réalité économique étaient utilisés pour afficher des taux de promotion particulièrement attractifs ». Pour étayer ses accusations, la DGCCRF s'est appuyée sur des constatations effectuées sur le site Internet de Vente-Privée et sur l'analyse de documents saisis au cours de perquisitions dans ses locaux en juin 2016. Devant des accusations aussi graves, le site a démenti fermement avoir mis en œuvre des « stratégies frauduleuses visant à construire un prix de référence fictif ». Il précise qu’il ne fait actuellement l’objet d’aucune poursuite.
Rappelons que la DGCCRF a déjà dans le passé conduit à des procédures contentieuses à l'encontre de 19 enseignes du e-commerce dont Amazon, Zalando, Comptoir des Cotonniers, H&M..., qui ont donné lieu au paiement de plusieurs millions d'euros d'amendes. - le 25/02
/2019

>... et devient Veepee
Le leader français du déstockage en ligne unifie l’ensemble de ses différentes (6) appellations internationales autour d’un nouveau nom, Veepee, le même désormais dans les 14 pays où le site est actif. - le 25/02
/2019

> Heyraud et Texto en souffrance
Vivarte s’est désintégré sous l’effet d’une dette irremboursable. Son concurrent historique, Éram, a toujours son actionnariat familial mais cette singularité pour un groupe de cette taille ne l’immunise pas contre les vents contraires. La situation de deux de ses enseigne, Heyraud et Texto, se dégradant dans un contexte défavorable à la fois à la mode et aux centres-villes des villes petites et moyennes, les dirigeants du Groupe ont annoncé la fermeture de 96 magasins (34 Heyraud sur 45 et 62 Texto sur 80) « pour préserver le groupe ». 274 salariés sont sur la sellette, mais ils se verront proposer un reclassement, à l’intérieur et à l’extérieur du groupe Éram. Les 274 salariés concernés sont soumis à un plan de sauvegarde de l'emploi qui prend fin en janvier pour Heyraud et en février pour Texto.
- le 21/01/2019

> La CVC reprise mais saignée à blanc
Après avoir frôlé la liquidation, la Compagnie Vosgienne de la Chaussure (CVC) a finalement été reprise par Ingride Muller, son ex-directrice des ressources humaines, associée au fonds Petrus Finance, propriétaire de la marque Le Coq Sportif. Ainsi en a décidé le tribunal de commerce de Nancy le 11 décembre. La CVC, qui devient la CFC (Compagnie Française de la Chaussure), perd les trois quarts de ses effectifs pour ne conserver que 30 salariés sur 126. L’entreprise était en redressement judiciaire depuis le 31 juillet 2018.
Ingride Muller, présidente de la CFC, ne voulait pas envisager la disparition d’une société labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant dotée qui plus est d’un très bel outil de production.
- le 21/01/2019

> Vivarte : et après ?...
Le PDG de vivarte, Patrick Puy, entré dans le groupe fin 2016 pour trouver les solutions de remboursement de la dette, devrait rester à sa présidence mais laisser à un nouveau DG, expert du retail, le soin de manager ce qu’il reste aujourd’hui de l’ancien leader de l’habillement et de la chaussure en France. Un DG qui sera nommé d’ici le printemps. En attendant les cessions effectives de Minelli, San Marina et Cosmo Paris, annoncées fin 2018, Vivarte ne compte plus dans son portefeuille d’enseignes que La Halle et Caroll. Les actionnaires devront décider si ces dernières seront vendues ou conservées ou si, pourquoi pas, une acquisition viendra étoffer l’offre. Toutes les options sont sur la table.
Côté dette, Patrick Puy estime que le plan de désendettement, lancé en 2016, est en bonne voie d'achèvement. Le paiement de la prochaine échéance, en octobre 2019, devrait être mené à bien
.La dette a été ramenée à 302 millions à ce jour, contre 1,5 milliard il y a deux ans.
Si le PDG prévoit des lendemains qui chantent plus juste et plus fort, les résultats annuls de Vivarte pour la période close au 31 août 2018 font apparaître un recul du chiffre d’affaires de 4,1 % à périmètre comparable, à 1,4 milliard d’euros. L’Ebitda du groupe ressort à 50,7 millions d’euros (47 millions en 2016/17 à périmètre constant), tandis que les pertes nettes ont été réduites, passant de 305 à 122 millions d’euros au cours du dernier exercice. L’entreprise anticipe un résultat net positif en 2018/19.
Concernant ses enseignes, le parc de 835 magasins de La Halle pourrait n’en compter que 500 dans 10 ans. Mais on peut s’interroger sur des prévisions à si long terme.
Quant à Carroll, l’enseigne de mode féminine a connu un recul de ses ventes de l’ordre de 9 %, à environ 230 millions d’euros de chiffre d’affaires.
Enfin, s’agissant des trois enseignes de chaussures en cours de cession, leur situation est variable : San Marina (120 millions d’euros, - 9 %) a connu la même chute que Caroll, alors que Minelli s’en tire plutôt bien (+ 1 %), avec un chiffre d’affaires de 129 millions d’euros. Cosmoparis, plus marginale, a généré une vingtaine de millions d’euros (+3 %).
- le 21/01/2019

> La constitution de la Cité de la Chaussure à Romans va bon train
Depuis 2016, l’idée de constituer une Cité de la Chaussure à Romans a fait son chemin au point que les travaux y présidant sont désormais achevés. En centre-ville, à l’emplacement de l’ancien Intermarché racheté par le Groupe Archer et après plusieurs mois de travaux, la Cité en devenir a commencé à accueillir, en décembre dernier, les premiers ateliers de fabrication qui seront « visitables ». C’est ainsi que l’atelier de fabrication de chaussures du Groupe Archer, initiateur du projet en partenariat avec l’association Romans Cuir, l’atelier d’INSOFT et celui de la marque 1083 y sont déjà ou y seront installés sous peu. Pour sa part, le magasin multimarques de 300 m2 ouvrira ses portes en mars prochain ; un magasin ouvert à des marques dont la production est réalisée à Romans ou aux alentours. Pour les chaussures, il accueillera les marques suivantes : 1083, All Destroy (Compagnie des Souliers), Atelier du Cuir (Groupe Archer), Atelier PM (INSOFT), Boldrini, Ector (INSOFT), Madame Pied, Made in Romans (Groupe Archer), Magic Feet, Max Vincent, Milemil, Sneak Up & Génération Sens (Groupe Archer), Thierry Bruno (La Compagnie des Souliers), Venexan. En outre, deux marques de maroquinerie seront présentes au démarrage : Main d’œuvre et Made in Romans.
En fait, le projet est appelé à s’organiser sur deux lieux (zone industrielle et centre-ville) et autour de 5 axes stratégiques : fabrication et coopération ; formation & transmission ; innovation & numérique ; vente directe & tourisme industriel ; événementiel.
Par ailleurs, l’Office du Tourisme, précédemment installé au sein de « Marques Avenue », devait rejoindre la Cité de la Chaussure dès janvier 2019.
Dans un communiqué, les protagonistes annoncent que « pour compléter cette offre, un parking dédié à la Cité de la Chaussure et propice au shopping dans Romans sera ouvert rapidement. Un premier niveau (65 places) sera réservé à la clientèle de passage avec des offres permettant de passer du temps en centre-ville à moindre coût. Le second niveau (50 places) sera réservé à la location mensuelle et permettra, soit à des résidents du centre-ville, soit aux personnes qui y travaillent la journée, d’avoir un parking fermé et sécurisé. L’ambition de ce nouveau lieu est forte pour les entreprises de la filière qui souhaitent y vendre plusieurs milliers de paires de chaussures chaque année et ainsi créer plusieurs dizaines d’emplois à horizon 2025. Mais c’est aussi un enjeu de taille pour la ville de Romans en permettant de renforcer une dynamique touristique en hyper centre. »
L’ouverture officielle est prévue en mars 2019.
- le 21/01/2019

> Ouverture dominicale : de bons résultats à Paris, selon un rapport parlementaire
En 2015, la loi Macron « pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques » avait défrayé la chronique en ravivant de vieilles batailles récurrentes, notamment son volet « ouverture le dimanche ». Qu’en est-il trois ans après ? Un rapport parlementaire publié le 28 novembre estime que la loi a atteint son objectif principal visant à « libérer les énergies créatrices » et « déverrouiller certains blocages d’ordre réglementaire ou professionnel ». Concrètement, 28,2 % des commerces situés à Paris dans une zone touristique internationale (ZTI) ouvrent désormais le dimanche, contre 17,5 % avant la loi. Même si les données restent floues, « la persistance et l’élargissement du travail dominical dans les ZTI laissent à penser que la nouvelle législation a permis un développement notable du chiffre d’affaires et de l’emploi », avance les parlementaires. Les salariés semblent aussi s’y retrouver si l’on en juge par les indications données par les responsables d’une enseigne comme Darty : dans les magasins concernés à Paris, il y a plus de volontaires que de places disponibles.
- le 21/01/2019

> Camel Active s’organise pour devenir une marque de lifestyle internationale
À compter du 1er janvier 2020, Camel Active fonctionnera avec une structure de licences mise à jour et rationalisée. L'un des avantages de cette solution est la gestion centralisée de la marque. Avec la fusion de l'expertise produit et ventes et de la gestion centralisée, la réactivité doit encore être améliorée.
Pour ce faire, la plus grande entreprise de sous-licence de Camel Active, la Bültel Worldwide Fashion GmbH, située à Salzbergen en Allemagne, assumera la responsabilité totale de tous les groupes de produits de la marque en Europe. Bültel reprendra les activités du précédent donneur de licence principal, CMLC GmbH, filiale du groupe de sociétés Seidensticker à Bielefeld (Allemagne). Le traitement et la livraison de la saison Automne-Hiver 2019 se feront dans le cadre de la structure existante. Pour la saison Printemps-Été 2020, le groupe Bültel prendra le relais.
- le 21/01/2019

Copyright
DGT Associés

DGT ASSOCIÉS - SARL au capital de 7.622 - RCS CRETEIL B 420 495 970

Rédaction : 46, rue du Général-Chanzy 94130 Nogent-sur-Marne
Tél: 33 (0) 1 48 77 37 06 - Fax: 33 (0) 1 48 77 37 36

Publicité & Abonnements: 25, rue Fernand Pelloutier 92100 BOULOGNE
Tél: 33 (0) 1 46 05 40 24 - Fax: 33 (0) 1 46 05 40 25

Website design, webmastering and webhosting by & @ HENDERSON PACIFIC