www.lessentiel.com, le site internet des magazines l'Essentiel de la Chaussure & l'Essentiel de la Maroquinerie



> Au sommaire

> Le magazine



l'Essentiel de la Chaussure

> n°196 - juillet-août 2018

> Autre publication


Version "DEMO" du guide disponible pour consultation en ligne

Guide d'achat du détaillant

> Automne-Hiver 2018/19

> Le magazine


Version "DEMO" du magazine disponible pour consultation en ligne

l'Essentiel de la Chaussure

Supplément Maroquinerie

> n°191- février 2018

> Abonnements

l'Essentiel de la Chaussure

l'Essentiel de la Maroquinerie

> Petites annonces

l'Essentiel de la Chaussure

l'Essentiel de la Maroquinerie

Tarifs petites annonces

Contact Petites annonces

> Sites partenaires

chausseur.fr

lessentiel.org

> Contactez-nous

Publicité

Rédaction

Petites annonces

Webmaster


Copyright
DGT Associés


L'actualité de la profession (juillet 2018) - Prochaine mise à jour : septembre 2018


> Les chausseurs en assemblée générale chez Paraboot
Les détaillants indépendants ont salué à leur manière l’édification d’une usine de chaussures sur le sol français (active depuis 2017) en y organisant leur assemblée générale le 4 juin. Une première depuis 30 ans, nous dit-on.
L’assemblée générale de la FDCF que présidait Philippe Daquai fut l’occasion d’évoquer l’activité et les combats (le mot n’est pas trop fort) de la fédération en 2017.
Les chiffres d’abord : la FDCF comptait 681 adhérents fin 2017, soit 4 de moins qu’en 2016. Un recul très honorable eu égard à la conjoncture que l’on sait délicate. Et pourtant, a fait remarquer M. Daquai, le nombre de magasins de chaussures indépendants a progressé entre 2012 (4 400) et 2016 (4 575) ! Et leur chiffre d’affaires a très légèrement augmenté en 2016 (derniers chiffres connus) : 1,41 milliard d’euros contre 1,4 milliard en 2015. On est là dans l’épaisseur du trait. Pas de quoi pavoiser certes, mais globalement la situation est moins pire qu’elle ne paraît même si la tendance de l’activité depuis 2014 est quand même plutôt à la baisse, ce que confirment les premiers mois de 2018.
Plusieurs personnalités ont participé à l’assemblée générale : Frank Boehly, président du Conseil National du Cuir, Francis Palombi, président de la Confédération des Commerçants de France (indépendants), et Heike Discher, présidente de ANWR-Garant France, partenaire de la FDCF.
L’année 2019 sera une année importante pour la fédération, marquée par son centenaire. La célébration devrait se faire en deux temps : à Paris en février, mois anniversaire, en présence de « politiques », puis à l’occasion de l’AG en juin dont on ne connaît pas encore la localisation. - le 25/06/2018

> Besson Chaussures (Vivarte) en cours de cession
Le groupe Vivarte poursuit ses cessions d’actifs avec Besson Chaussures que devraient acquérir Weinberg Capital Partners, un fonds français d'investissement, et le groupe Philippe Ginestet qui exploite les enseignes Tati et Gifi. Des négo- ciations exclusives ont en effet été engagées. L’annonce il y a peu de la vente programmée de l’enseigne de périphérie avait constitué une surprise car elle n’était pas prévue initialement. À l’issue de l’opération en cours, le périmètre du groupe sera constitué des enseignes La Halle, Minelli, San Marina, CosmoParis et Caroll, « le bon périmètre pour permettre à chacune de ces marques de bénéficier des investissements nécessaires à leur croissance », explique-t-on chez Vivarte. Besson Chaussures a clôturé l’exercice 2017 avec un chiffre d'affaires de 264 millions d'euros pour la vente de près de 13 millions de paires à travers son réseau en périphérie de 133 magasins sous gérance.
Le groupe Philippe Ginestet a, pour sa part, réalisé un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros en 2017. Il escompte atteindre « les 1 000 magasins et les 10 000 collaborateurs d'ici quelques années ». - le 25/06/2018

> Création d’un pôle charentais de la pantoufle
Le 18 mai dernier, trois fabricants d’articles chaussants d’intérieur se sont unis pour former « La Manufacture Charentaise » (Groupe LMC). Il s’agit des Établissements Jeva-Rondinaud, de la Manufacture Degorce et des Établissements Laubuge. Le 1er juin, les Établissements Ferrand ont rejoint le Groupe présidé par Renaud Dutreil, ancien ministre reconverti dans les affaires. Ce nouveau pôle charentais est constitué de marques complémentaires, chacune dotée d’une identité et d’un savoir-faire particuliers.
Dans un courrier adressé aux clients de ces entreprises, LMC explique sa démarche : « En reprenant ces quatre entreprises et en unissant leurs forces, nous voulons sauver le secteur de la charentaise et construire un acteur industriel fort, distribuant fièrement des produits de qualité issus de notre savoir-faire charentais unique dans toute la France et au-delà. Ensemble, grâce à votre support, nous allons préserver 120 emplois et le centre de décision de ces entreprises historiques en Charente. Nous profiterons de l’attirance retrouvée des consommateurs pour le made in France, pour faire de La Manufacture Charentaise un chausseur de référence et un acteur important de la fabrication française, combinant tradition charentaise et style urbain, savoir-faire artisanal et design contemporain. » - le 25/06/2018

> Un projet de Cité de la chaussure et du cuir à Romans
Après les déboires de l’industrie de la chaussure à Romans dans les années 1990-2000, différents acteurs ont fait le pari de refabriquer de la chaussure à Romans-sur-Isère. Mais sur la base de nouveaux modèles économiques, plus artisanaux. Les entreprises sont positionnées sur des niches, avec des systèmes de distribution au coût allégé privilégiant les circuits courts et la relation directe avec le client final (magasin d’usine, vente sur Internet). Ces acteurs sont réunis au sein de l’association Romans Cuir. Celle-ci a déjà à son actif un magasin commun à Romans ouvert il y a quatre ans avec l’aide des collectivités locales et le soutien financier à l’époque du Ministère du Redressement productif. Aujourd’hui, les fabricants veulent aller plus loin. Ils projettent la création d’une Cité de la chaussure et du cuir « pour changer d’échelle, créer des dizaines d’emplois et remettre Romans au cœur de la planète chaussure. » Le projet multiforme devrait se construire dans le temps autour de deux lieux : l’ancien Intermarché au centre de Romans et le site Clarks relocalise une partie de sa production .
La marque britannique Clarks relance une production au Royaume-Uni en ouvrant un atelier dans le sud-ouest de l’Angleterre où va reprendre la fabrication de la fameuse Desert Boot, aux côtés de ses usines au Vietnam et en Inde. La dernière usine de Clarks au Royaume-Uni, dans le nord-ouest de l’Angleterre, avait été fermée en 2006 après la délocalisation de la production en Asie de l’Est.
La reprise de la production en Grande-Bretagne reflète une nouvelle demande pour les chaussures « made in Britain » à l’international. - le 25/06/2018

> Assemblées générales : FDCF : le 4 juin
L’assemblée générale de la Fédération des Détaillants en Chaussures de France (FDCF) se déroulera dans le Dauphiné les dimanche 3 et lundi 4 juin 2018. L’AG proprement dite aura lieu le 4 juin chez Paraboot à Saint-Jean-de-Moirans, petite ville située à une vingtaine de kilomètres de Grenoble. - le 26/05/2018

> CDF : le 19 juin
L’assemblée générale de la Confédération des Commerçants de France (CDF), qui réunit une vingtaine de fédérations de détaillants dont la FDCF, se déroulera cette année le mardi 19 juin au siège de la MACIF à Paris 15e.
Deux tables rondes seront organisées dans ce cadre : la première sur « la représentativité patronale à l’heure du macronisme » : Les corps intermédiaires ont-ils toujours un rôle à jouer ». Quelle place pour les branches dans la formation professionnelle ? Quelles conséquences des modifications des règles de la représentativité ?
Une seconde table ronde s’intéressera à « l’attractivité des territoires à l’heure des nouveaux comportements des consommateurs ». Le numérique à la rescousse du commerce physique ou le commerce physique à la rescousse du tout numérique ? Centre-ville et périphérie : comment garantir l'attractivité de l'ensemble du territoire en respectant les équilibres ?
Une « haute personnalité politique » clôturera l’AG. - le 26/05/2018

> La charentaise en quête d’une Indication Géographique
Six fabricants de charentaises, implantés en Charente et en Dordogne, ont demandé la création d'une Indication Géographique (IG) en vue de protéger la qualité et le savoir-faire artisanal du chausson français, a communiqué l'Institut National de la Propriété Industrielle (INPI). Une enquête publique a été ouverte en vue d'homologuer cette indication et, si le dossier déposé par «l’Association pour la promotion de lac harentaise» à Angoulême est accepté, il aboutira à une homologation d'ici novembre2018.
La charentaise est apparue à la fin du XIXe siècle en Charente, Dordogne et dans le sud du Limousin. Quelque 300 000 paires de charentaises en cousu retourné sont produites annuellement par ces entreprises qui emploient au total 210 personnes et ont réalisé un chiffre d'affaires d'environ 5 millions d'euros en 2016. - le 26/05/2018

> Un nouveau siège pour Adidas France à Strasbourg
En vertu du plan stratégique international lancé il y a deux ans, Adidas France (marques Adidas et Reebok) déménage dans le nouveau quartier d’affaires international de Strasbourg-Archipel après avoir regroupé en avril 2017 ses équipes franciliennes au cœur de Paris. Ces déménagements ont pour but d’accélérer son rayonnement tout en renforçant son ancrage historique à l’Est. Adidas France a fait le choix de piloter son activité avec deux bureaux importants en France ; le siège alsacien baptisé STRAS’ et PANAME, son ambassade parisienne près de l’église de la Trinité.
Créée par Horst Dassler, fils du fondateur d’Adidas Adolf Dassler, Adidas France a été la première filiale internationale de l’entreprise. Le siège français de l’entreprise est installé en Alsace depuis 1959, dans un premier temps à Dettwiller, transféré à Landersheim en 1973 et désormais à Strasbourg. Baptisé « STRAS’ », le nouveau siège de l’entreprise s’organise sur une surface de 4 800 m2 répartis sur 8 niveaux (R+7 et 1 niveau en sous-sol). - le 26/05/2018

> Moins de création : de pôle commerciaux en Europe
L’implantation de nouveaux pôles ou surfaces commerciales a baissé de 23 % en 2017 en Europe, selon le cabinet de conseil en immobilier Cushman & Wakefield, pour s’établir à 3,8 millions de m2 créés.*

Les centres commerciaux européens occupaient 166,5 millions de m2 début 2018 (+ 2,3 % par rapport à début 2017). Pour l’année en cours et 2019, les projets de développement annoncés permettent d’anticiper la création de 6,6 millions de m2.
L’Europe occidentale concentre 109,7 millions de m2, mais c’est l’Europe centrale et orientale qui connaîtra la croissance : + 12,3 % (totalisant à ce jour 56,8 millions de m2).
En France, 326 000 nouveaux m2 ont été construits l’an dernier, incluant de nombreuses extensions de centres commerciaux (Val d’Europe et Carré Sénart...). Même si la France est le pays d’Europe occidentale le plus actif en la matière, ce chiffre est en recul de 28 % par rapport à 2016. Le Royaume-Uni n’a développé que 120 000 m2 en 2017 (- 23 %). - le 26/05/2018


> CTC
Yves Morin, 64 ans, directeur général de CTC, Comité Professionnel de Développement Économique (CPDE) Cuir Chaussure Maroquinerie Ganterie, a pris sa retraite en début d’année.
Frédéric Gaudin, qui était directeur des Opérations Europe du Sud chez Lloyd's Register EMEA, lui succède.
Yves Morin avait intégré CTC en 1997 au poste de secrétaire général. Il était directeur général depuis 2008. - le 26/05/2018

> DEUX ZTI ANNULÉES À PARIS
Le tribunal administratif de Paris a annulé le 19 avril deux arrêtés de 2015 créant des zones touristiques internationales (ZTI) à Paris, dont le bien-fondé avait été contesté dès leur création dans le cadre de l'extension des ouvertures dominicales. Les deux ZTI concernées sont celles dites « Saint-Emilion-Bibliothèque », dans les XIIe-XIIIe arrondissements, et « Maillot- Ternes » dans le XVIIe arrondissement. Le tribunal a estimé que chacune de ces deux zones « ne dispose pas d'un rayonnement international, n'est pas desservie par des infrastructures de transport d'importance nationale ou internationale et ne connaît pas d'affluence de touristes exceptionnelle ». - le 26/05/2018

> Spartoo, meilleur des « meilleurs sites e-commerce pour acheter tranquille »
Selon l’institut Statista, le site web marchand Spartoo figure en première position du classement « des meilleurs sites e-commerce pour acheter tranquille » publié par le magazine Capital. Pour bâtir ce palmarès exclusif, l’institut a identifié plus de 10 000 sites marchands en France et les plus importants de leur secteur ont été sélectionnés selon leur fréquentation en 2017, leur CA et leurs fonctionnalités de base. Cette notation a été complétée par une enquête qualitative auprès d’un panel de 3 000 cyberacheteurs répartie en 6 thèmes : construction du site et ergonomie, confiance et sécurité, paiement, achat et livraison, service et communication puis performances techniques, l’ensemble des résultats ayant donné lieu à une notesur 10.
Un 8.7 sur 10 pour Spartoo, meilleure note attribuée, toute catégorie confondue. - le 26/05/2018

> Les 3 et 4 juin : L’AG de la FDCF chez Paraboot
La prochaine assemblée générale de la Fédération des Détaillants en Chaussures de France (FDCF) se déroulera dans le Dauphiné les dimanche 3 et lundi 4 juin 2018. Après un regroupement le dimanche au Grand Hôtel de Grenoble, la visite des caves de la Chartreuse l’après-midi puis un dîner au restaurant « le Père Gras » sur les hauteurs de Grenoble atteint par le téléphérique, l’assemblée générale proprement dite aura lieu le lundi 4 juin chez Paraboot à Saint-Jean-de-Moirans, petite ville située à une vingtaine de kilomètres. L’occasion pour les détaillants de visiter l’usine flambant neuve du fabricant, opérationnelle depuis 2017. À l’issue de l’AG, retour à Grenoble pour un apéritif et un déjeuner de gastronomie locale chez « L’Épicurien ». - le 21/04/2018

> Vivarte
Vivarte a annoncé le 11 avril la vente de son enseigne de prêt-à-porter féminin Naf Naf à un consortium chinois mené par le groupe multimarques Shanghai La Chapelle Fashion. - le 21/04/2018

> Mouvements
- PROCOS. François Feijoo, PDG de Eram, Texto et Staggy (Groupe Éram), a été réélu président de Procos (Fédération du commerce spécialisé) lors de son assemblée générale le 21 mars à Paris. Quatre nouveaux administrateurs ont été élus : Eric Demoncheaux, directeur général des 3 Brasseurs, Fabrice Eghiazarian, directeur de la Prospective et du Développement immobilier commercial France - Direction de l’Immobilier Groupe Orange, Laurence Paganini, directeur général de Groupe Kaporal, et Jean Rubens, directeur général adjoint de Camaïeu. Sébastien Hours, directeur général du Groupe Keria et administrateur Procos, devient vice- président.

- HÖGL. Bernd Grillitsch, qui avait déjà la responsabilité des marchés d'exportation de la marque autrichienne Högl (Lorenz Shoe Group), prend celle de ses prin- cipaux marchés (Allemagne, Autriche, Suisse - DACH). En tant que directeur des ventes, il est responsable de l'ensemble des ventes et du partenariat de la marque avec le commerce européen de la chaussure. Il rapporte à Harald Winzer (CSO). - le 21/04/2018

> À l’occasion de Crecendo Expo le 25 mars, Au Balajo avec ANWR-Garant France
À l’occasion de chaque édition de Crecendo Expo, ANWR-Garant France et sa présidente Heike Discher invitent les adhérents du groupement à une soirée parisienne très animée. Depuis quelques saisons, les fournisseurs partenaires y sont également conviés. Les lieux choisis sont toujours des sites « chargés » ! La dernière « fiesta » s’est en effet déroulée au Balajo, bar dansant sis au 9 de la rue de Lappe dans le 11e arrondissement.
Ouvert depuis 1936, ce lieu mythique fut inauguré par Mistinguett. C’est au Balajo que l’accordéon, instrument populaire et révolutionnaire de la jeunesse de l’époque, gagnera ses lettres de noblesse ! Parmi les personnalités qui l’ont fréquenté citons Arletty, Marlene Dietrich, Joseph Kessel, Marcel Ayme, Louis Ferdinand Céline, Maurice Chevalier, Arletty, Jean Gabin, Marcel Cerdan, Django Reinhart, Gregory Peck, Robert Mitchum, Sophia Loren, Philippe Clay, Rita Hayworth, Edith Piaf... - le 21/04/2018

> Expositions régionales : des remises en question
Cette saison, la fréquentation des expositions régionales et de Crecendo Expo a été globalement à l’image du marché : très calme. En septembre prochain, deux nouvelles expos ouvriront leurs portes, à Nantes et à Toulouse, des lieux déjà dotés en salons. Autant dire que des frictions sont inévitables.
Dans le passé, tous les Promos-Chaussures se tenaient dans des hôtels. Depuis quelques années, certains salons régionaux ont choisi des parcs d’expositions. Tel est le cas à Colmar, Villefranche/Saône et Vitré. À Martigues et Bordeaux, les organisateurs ont opté respectivement pour la Halle et le Palais des Congrès. Ces cinq sites ont en commun une exposition sur un seul niveau.
À Toulouse-Labège (SESO) et Nantes (MODCO), l’exposition se déroule dans des bâtiments sur différents niveaux. C’est cette configuration, jugée peu pratique et inégalitaire pour les exposants, qui a conduit Étienne Marais, organisateur d’Arici Bretagne à Vitré, et Gilbert Mugnier, organisateur de Crecendo Expo au Parc Floral de Paris et d’Arici Aquitaine à Bordeaux, à décider, indépendamment l’un de l’autre nous assure-t-on, la création de nouvelles expositions dans ces deux villes. Ainsi sont programmés dès septembre le Salon de la Chaussure de Nantes (9-10 septembre au Grand Palais dans le cadre du Parc International des Expositions La Beaujoire) et Arici Toulouse du 2 au 4 septembre dans le hall 7 du Parc des Expositions de la ville rose. Pour l’un comme pour l’autre, les enjeux principaux sont, d’une part, de pouvoir accueillir les « listes d’attente » ou les exposants souhaitant davantage de surface d’exposition, d’autre part, de permettre une exposition de plain-pied où chaque exposant est traité de façon égalitaire puisqu’ils paient le même prix.
Selon les organisateurs des nouvelles expos de Nantes et Toulouse, c’est à la demande de nombreux exposants, insatisfaits par leurs conditions d’exposition actuelles, qu’est née l’idée de chercher des solutions. Selon les deux organisateurs, une association entre ancienne et nouvelle expo a été proposée tant à Nantes qu’à Toulouse mais sans succès. À suivre. - le 21/04/2018

> Les 4 Temps à La Défense
Spartoo poursuit son implantation autour de Paris
Après l'Est de la France qu’elle a investi en y implantant 13 magasins en trois ans, après le centre commercial Carré-Sénart en Seine-et-Marne en 2017, l’enseigne Spartoo émerge aux Quatre Temps à La Défense (Hauts-de-Seine) dans le cadre de son expansion « phygital ». On sait que Spartoo est parallèlement en train d’acquérir André auprès du groupe Vivarte.
Avec plus de 46 millions de visiteurs par an, les 4 Temps est le centre commercial de référence à l’ouest de Paris. Cette implantation jugée stratégique par Boris Saragaglia, PDG de Spartoo, participe du maillage progressif de l’enseigne autour de la capitale.
La nouvelle boutique Spartoo présente sur 115 m2 de surface de vente des modèles de chaussures enfants, femmes et hommes de grandes marques (Adidas, Geox, New Balance, Vans...), soit près de 200 modèles exposés. L’offre de chaussures est complétée par des écrans tactiles et autres tablettes permettant aux clients de consulter sur place l'intégralité des collections vendues sur le site en ligne Spartoo, soit la bagatelle de plus de 5 000 modèles, et d'être livrés dès le lendemain en boutique ou à domicile. Si l'équipe de vente offre la possibilité d'essayer sur place, de prendre en charge les retours gratuits et les remboursements, elle ajuste aussi en permanence les prix en fonction des fluctuations du net, souvent à la baisse. - le 21/04/2018

> France Mode en liquidation
Aucun repreneur potentiel n’ayant fait d’offre de reprise, le tribunal de commerce de La Roche-sur-Yon a prononcé la liquidation de la société France Mode le 21 février avec une prolongation jusqu’au mercredi 28. France Mode n’aura pas atteint ses 50 ans à une année près... Les salariés de l’entreprise ont travaillé jusqu’au dernier jour pour honorer 97 % des commandes de l’été. Précisons que cette liquidation ne concerne en rien les sociétés CS3 (marques Mam’zelle et JLK) et LP Shoes (marques Fugitive et DDF). - le 24/03/2018

> Campagne de pub Printemps-Été 2018 : Éram mixe styles et personnalités
La marque Éram immortalise à travers cette campagne des instantanés de vie, des moments d’émotion et de partage. Les personnes choisies ont une véritable personnalité (dixit Éram) qui s’exprime de façon décomplexée par rapport à la mode et dans la complicité avec l’autre. Éram signifie à ses clients qu’elle les suit au quotidien. Les différents looks illustrent l’exigence de la marque de proposer des produits justes, dans l’air du temps et accessibles au plus grand nombre. Cette série de visuels porte Éram autour de ses valeurs d’optimisme et de marque fédératrice.
Cette nouvelle campagne sera relayée en boutique et diffusée à la fois sur une dizaine de titres référents de la presse féminine (de février à mai 2018) et sur des supports digitaux avec le film. - le 24/03/2018

> Nominations
THE LIFESTYLE COMPANY. Antoine Tinel a été nommé directeur Commercial et Marketing de l’ensemble des marques de The Lifestyle Company. Il avait déjà occupé dans l’entreprise de 2007 à 2010 le poste de chef des Ventes pour la marque Fred Perry.
ROGER VIVIER. Gherardo Felloni succède au français Bruno Frisoni à la tête de la création de Roger Vivier, grande marque française de souliers appartenant au groupe Tod’s. Bruno Frisoni avait été son directeur créatif durant 16 ans. Pour sa part, Gherardo Felloni n’est pas un inconnu. Il a en effet travaillé avec les plus grandes maisons de luxe, de Fendi à Dior en passant par Helmut Lang et Miu Miu. La marque de souliers en constante progression a réalisé un chiffre d’affaires de 179,3 millions d’euros en 2017 (+ 7,8 % par rapport 2016). - le 24/03/2018

> Une bonne édition de Micam Milano
Micam Milano a enregistré lors de sa 85e édition qui s’est déroulée à Fiera Milano (Rho) du 11 au 14 février la venue de 44 227 visiteurs (44 610 en mars 2017), dont 60 % venaient de l'étranger. Le nombre de visiteurs en provenance de Russie a augmenté de 22 %, ce qui en fait à nouveau le premier pays étranger. L'Ukraine suit à +7 %.Au sein de l’UE, le nombre de visiteurs allemands a augmenté de 9 %, tandis que la France est restée stable avec un taux de croissance de 1 %. L'événement a vu une baisse du nombre de visiteurs de Chine et de Hong Kong sans doute en raison des dates coïncidant avec le Nouvel An chinois, et il a également commencé à ressentir les effets du Brexit, avec moins de visiteurs du Royaume-Uni. Enfin, le nombre de visiteurs espagnols a légèrement diminué et le nombre de visiteurs italiens également. La 85e édition du salon milanais proposait un format intégrant de nombreux nouveaux thèmes et catégories de produits. Ceux-ci incluaient une zone « Designer Émergent », présentée pour la première fois.
Le salon continuera son voyage symbolique à travers le Purgatoire de Dante avec le péché capital d'Envie du 16 au 19 septembre 2018, où seront présentées les collections Printemps-Été 2019. Le dernier jour de Micam Milano sera délibérément concomitant avec le début de la Fashion Week de Milan. - le 24/03/2018

> ILM Winter Styles : plus de visiteurs étrangers
La 148e (!) édition de l’ILM présentait un plateau de 300 exposants (294 en mars 2017), dont 53 % d'étrangers qui présentaient leurs collections Automne-Hiver 2018/19 sur 13 000 m2. Toute la surface d’exposition était occupée. Les collections comprenaient sacs et petite maroquinerie, bagages, contenants d’affaires, articles scolaires, jusqu'aux parapluies et accessoires. Le nombre de visiteurs est resté stable par rapport à l’édition de l’hiver 2017.
Si le nombre d’acheteurs nationaux est en léger recul, les étrangers ont été plus nombreux. Outre les acheteurs européens, les opérateurs de Russie, d'Amérique, d'Asie et du Proche et Moyen-Orient ont été plus nombreux et, surtout, reviennent régulièement, faisant de l’ILM d’Offenbach une destination de référence pour le commerce international de la maroquinerie et du bagage.
On a pu constater également à l’occasion de cette édition hivernale une légère baisse du nombre de maroquiniers traditionnels, parallèle- ment à un intérêt accru des entreprises textiles, des chausseurs et des concept stores. Ces acheteurs-là représentent désormais plus du quart du visitorat.
- Prochaine édition : ILM Summer Styles du 1er au 3 septembre 2018. - le 24/03/2018

> André chez Spartoo
André, vieille dame de 122 ans et filiale à 100 % du groupe Vivarte, est entrée en discussion exclusive avec le groupe Spartoo pour le rachat de ses actifs. Le processus de vente devrait être achevé en avril. Dans un communiqué en date du 9 janvier, Spartoo indique que « ce rapprochement permettrait d’exploiter pleinement le potentiel d’André pour créer le seul groupe de distribution de taille significative avec un chiffre d’affaires consolidé proche de 250 millions d’euros.
Spartoo s’engage à reprendre l'ensemble des boutiques de l’enseigne (sauf un magasin parisien) et leur personnel*. Ce projet, poursuit le communiqué, « permettrait de maintenir l’enseigne André, tout en continuant à ne commercialiser que des chaussures et à vendre la marque André pour une part significative de l’assortiment de ses magasins. »
Le projet industriel donnerait les moyens à André de se recentrer sur sa clientèle familiale avec l’ajout de marques internationales et d’une offre enfant plus importante dans la lignée des décisions prises par le management en place. Des tablettes permettraient aux clients d’André d’avoir accès à l’ensemble des produits du groupe Spartoo et les magasins André seraient transformés en points de click & collect pour les clients du groupe Spartoo.
Selon certaines sources, Vivarte aurait remis un chèque d'environ 8 millions d'euros à Spartoo pour qu'il rachète son enseigne... Explication plausible. En effet, les pertes d’André auraient été bien supérieures dans les comptes de Vivarte (on parle de 20 millions d’euros). Et le groupe fait l’économie d’une contestation sociale.
À noter par ailleurs que fin mars, Naf Naf, autre enseigne de Vivarte (près de 500 points de vente dans le monde et un chiffre d’affaires proche de 200 millions d’euros), sera cédée au groupe chinois Shanghai La Chapelle Fashion Co. Quant à la vente des grandes surfaces spécialisées Besson, elle devrait être achevée en septembre prochain.
Vivarte sera alors réduit aux enseignes La Halle, Caroll, Minelli, San Marina et Cosmoparis. Chevignon, pour sa part, pourrait aussi être cédée à terme en cas d'offre acceptable, ce qui n’a pas été le cas jusqu’à présent, précise-t-on chez Vivarte.
* 135 points de vente et 700 salariés. - le 20/02/2018

> Le budget habillement et chaussures des Français continue de diminuer
Depuis 2006, les dépenses que les Français consacrent à leur habillement et à leurs chaussures ont baissé de 0,8 % dans leur budget, selon Eurostat. En 2016, la France figure d’ailleurs parmi les pays européens les moins accros à la mode. Le budget mode des Français représentait 3,8 % de leur budget total, à comparer à la moyenne européenne de 4,9 %. En queue de peloton on trouve la Bulgarie (pays le moins dépensier), la Roumanie, la Hongrie et la République Tchèque... puis la France.
À l’autre extrémité du spectre : l’Estonie avec un budget mode de 6,8 %, le Portugal (6,3 %) et l’Italie (6,2 %). Les dépenses mode des Européens sont évaluées à 369,4 milliards d’euros en 2016, soit un budget moyen annuel de 800 euros par habitant (680 euros en France) pour un secteur représentant 2,7 % du produit intérieur brut européen.
Depuis 2006, si les dépenses mode des Français ont reculé de 0,8 % dans leur budget total, celles de la Lituanie (- 1,9 point), de la Grèce (- 1,3) et de l’Espagne (- 1,1) sont supérieures. Les plus fortes progressions ont été constatées en Pologne (+ 0,6 point), au Royaume Uni (+ 0,5), en Hongrie et au Luxembourg (+ 0,4). - le 20/02/2018

> NOMINATIONS
- WSN Développement. Frédéric Maus a été nommé co-directeur général de la société en charge des salons Who’s Next et Premiere Classe.
Passé par Le Bon Marché et Le Printemps, Frédéric Maus prend ensuite la tête du business développement de La Redoute où il dirige la Market Place et créé la brand boutique (espace premium mode de La Redoute). Sa profession de foi chez WSN Développement peut se lire ainsi : « Dans un écosystème où le physique et le digital ne s’opposent plus, où les frontières s’estompent entre professionnel et grand public, où les temporalités s’accélèrent, des événements tels que Who’s Next et Premiere Classe doivent apporter plus que jamais opportunités et solutions pour l’ensemble de la profession. » Tous les acteurs de la chaîne de valeur doivent travailler ensemble afin de redonner l’envie au consommateur final ; la mission de Frédéric Maus sera de positionner Who’s Next et Premiere Classe comme les moteurs de cette transformation. - le 20/02/2018

> DONNA PIÙ SE RELANCE
Après un trou d’air qui l’a déstabilisée, la marque italienne Donna Più repart de l’avant dans une nouvelle organisation. Le 22 décembre elle était, en effet, placée en période d’observation. Mais à une exception près, la force de vente, en Italie comme en France, poursuit l’aventure.
Une entité commerciale (Dainocom) a été créée pour commercialiser la marque Donna Più dont la fabrication est confiée au fabricant Daino Shoes. La continuité de la production est donc assurée. À partir de la saison Automne-Hiver 2018/19 cependant, la collection, qui était profuse, est « réduite » à quelque 150 modèles. Deux agents se partagent la France : David Hadchadourian pour la moitié Nord et Olivier Ruben pour la moitié Sud. - le 20/02/2018

> Samson France lance ATK
Une nouvelle vie débute chez Samson France, sortie de son redressement judiciaire mi-décembre 2017. Le tribunal de commerce a validé son plan de continuation qui s’est soldé par l’arrêt de la fabrication française, effective depuis décembre 2016. Mais Samson France a maintenu son bureau d’étude à Saint-Léger-sous-Cholet (49) afin de conserver sa création française. La production de la marque Artika Soft a été transférée dans l’usine marocaine de Colonnier Coiffard, société sœur. Le responsable de la production, toujours basé à Saint-Léger, se rend tous les 15 jours à Casablanca pour contrôler la production.
L’actualité de l’entreprise c’est aussi le lancement d’une gamme de confort sport, dans un esprit lifestyle. ATK, contraction d’Artika comme pour mieux souligner une filiation, est le fruit de l’expérience et du savoir-faire de Samson France dans l’élaboration et la fabrication de chaussures confort. - le 20/02/2018

> Les chaussures Gas font leurs premiers pas en France
Bien connue pour ses vêtements dans l’univers du jeanswear homme et femme, la marque italienne Gas présente en France sa collection de chaussures à compter de la saison Automne-Hiver 2018/19, principalement des sneakers et du workfoot.
La société UBC (United Brands Company), qui assure la production de plusieurs marques italiennes notoires : Enrico Coveri, Sergio Tacchini, Carrera et donc Gas, en a la responsabilité. Elle a confié la direction commerciale à Pierluigi Mazzoli, chargé de monter une équipe pour la France.
La gamme Gas comprend un premier prix à 59 euros, une gamme moyenne à 75 euros et un prix 119 euros pour le workfoot. - le 20/02/2018

> JB Martin toujours en observation
La succession de péripéties qui a marqué les tout derniers mois a pris fin provisoirement. Le 20 décembre, en effet, le tribunal de commerce de Paris a prolongé de six mois la période d'observation de JB Martin. Après sa nomination à la présidence du directoire par Francis Lagarde (Alter Finance), actionnaire de l'entreprise, Guillaume de Feydeau a élaboré un plan de continuation à la suite du redressement judiciaire prononcé en juillet 2017, plan qui devrait entraîner une recapitalisation de 7 à 8 millions d'euros et la suppression d’une centaine d’emplois. En attendant l'issue judiciaire, JB Martin prépare la collection Automne-Hiver 2018/19 qu'il proposera aux détaillants avant l'été.
- le 15/01/2018

> NeroGiardini invite ses détaillants français
31 clients de la marque italienne NeroGiardini avaient répondu à l'invitation de son PDG Enrico Bracalente de venir visiter du 12 au 14 novembre 2017 sa principale usine de fabrication et le pôle logistique – le second en importance en Europe – à Monte San Pietrangeli dans la région des Marches, proche de l'Adriatique. C’est là, dans son fief, que cet irréductible fabricant de chaussures italiennes a reçu ses invités français.
À l’occasion de cette rencontre, Monsieur Bracalente a confirmé la politique engagée par l'entreprise consistant à industrialiser ce secteur artisanal pour mieux servir les détaillants, notamment en proposant des réassorts extrêmement rapides, des conseils dans les prises de commandes basées sur des études statistiques pointues et, surtout, le refus catégorique de vendre à des plates-formes Internet. Une position ferme qui ne peut que réjouir les détaillants. L’entrepreneur italien a également confirmé toutes les actions de communication et des investissements de NeroGiardini pour accroître sa notoriété en France.
Un échange très intéressant a pu s'installer entre Monsieur Enrico Bracalente et les détaillants qui saura renforcer leur coopération dans la vente de ces produits « Made in Italy » et partager l’envie de réussite avec un produit de qualité.
- le 15/01/2018

> L’enseigne André cédée à Spartoo
Vivarte avait annoncé que son enseigne André serait cédée début 2018. C’est fait. L’acheteur n’est autre que Spartoo, qui sort franche- ment de son statut initial de pure-player… André c’est à ce jour une centaine de magasins, un chiffre d’affaires supérieur à 100 millions d’euros avec 750 salariés. Spartoo réalise pour sa part un CA de 150 millions d’euros dont la moitié en dehors de son marché domestique et exploite une quinzaine de magasins à son nom. Rappelons que l’entreprise grenobloise a repris la marque enfant GBB en 2017.
Spartoo est détenue à 25 % par ses fondateurs, le solde étant contrôlé par Aplus Finance, CIC et les fonds américain Highland Capital et belge Sofina.
- le 15/01/2018

> Frank Boehly, réélu président du Conseil National du Cuir
Frank Boehly a été réélu président du Conseil National du Cuir (CNC) le 14 décembre 2017 pour 3 ans par l’Assemblée Générale de la Confédération qui regroupe les 20 fédérations de la filière française du Cuir (production, transformation, fabrication et distribution).
À l’orée de son premier mandat (2015-2017), Frank Boehly avait fixé pour le CNC plusieurs axes de travail prioritaires, notamment :
- améliorer la production de peaux de qualité pour répondre à la demande de la tannerie et des grandes entreprises françaises du luxe ; - défendre l’appellation « Cuir », encadrée par un décret, en raison d’une concurrence déloyale de la part de producteurs de matières inexactement dénommées « cuir de... » ;
- mettre en réseau les PME/PMI du cuir au sein des régions en mobilisant les élus locaux pour faire émerger des structures telles que le Pôle Cuir de l’Aveyron, l’Association du Cuir de Graulhet ou Reso’cuir en Nouvelle Aquitaine ;
- faciliter l’accès au crédit pour les PME/PMI et TPE de la filière grâce aux aides régionales et aux outils proposés par BPI France.
Ce qui fut fait.
Sur le plan de la formation, le CNC a renforcé sa mobilisation pour attirer les jeunes vers les métiers du cuir en leur montrant non seulement des savoir-faire exceptionnels mais également les métiers dynamisés par les évolutions technologiques, sur des salons grand public (l’Aventure des métiers, le Mondial des Métiers, les Portes du Cuir, le Salon de l’Agriculture) et en réalisant une application digitale sur les métiers et leur formation. Ces actions se poursuivront pendant la nouvelle mandature.
Sur la période 2018-2020, le CNC s’est fixé pour priorité l’aide à la mise en œuvre d’actions RSE adaptées à la filière cuir pour répondre à la norme ISO 26 000. En effet, l’éco-système de la filière cuir évolue, de nouvelles exigences deviennent prioritaires : protection du consomma- teur et de l’environnement, respect du bien-être animal, satisfaction des salariés, amélioration des « supply chain », partage des bonnes pratiques au niveau mondial. Pour Frank Boehly, « si la compétitivité de nos entreprises demeure une des priorités de la Filière Française du Cuir, nous les encourageons vivement pour les années 2018-2020 à développer leur approche sociétale et responsable, étape incontournable pour gagner en excellence. »
Les membres du Bureau du Conseil National du Cuir élus lors de l’Assemblée Générale du 14 décembre :
- Trésorier : Claude-Eric Paquin, président de la Fédération Française de la Chaussure.
- Secrétaire : Jean-Pierre Gualino, président de CTC, PDG de ATC Tannery Chemical.
- le 15/01/2018

> ARBELL EN ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
Le 27 novembre, à l’occasion de leur assemblée générale, les magasins Arbell ont partagé le bilan de l’année 2017, mais également préparé le planning d’animation commerciale des saisons à venir. Cette assemblée, placée sous le signe de la mobilité, avait débuté par une rencontre convi- viale la veille au soir dans le « Bustronome », nouveau concept de restaurant ambulant offrant une vision gourmande des plus beaux monuments de Paris.
Entrant dans le vif du sujet, les détaillants arbellistes ont planché sur des sujets cruciaux comme la fidélité. En 2017, quelque 10 500 cartes de fidélité ont été ouvertes dans le réseau Arbell. Pour 2018, ce dernier prévoit la mise en place d’un système de compensation afin de répondre au nomadisme des consommateurs les plus fidèles.
Entourés des équipes de Vega-Stiac, partenaire technique, et des équipes de Webpopulation, partenaire e- commerce et marketing digital, Sonia Larue et Samuel Ciscato ont présenté le front office du site Arbellchaussures.com et le back- office qui permet la communication entre le site et les différents systèmes de caisses des magasins.
Les adhérents, co-pilotes de la place de marché Arbell, ont compris comment ils allaient optimiser leur temps de création de commandes en intégrant les articles du référentiel mutualisé des fournisseurs partenaires. L’objectif commun étant la satisfaction du client, tous les acteurs de la place de marché ont réfléchi aux différents leviers à activer pour répondre au mieux aux attentes des clients e-commerce et magasins.
Point très intéressant également, la preuve chiffrée qu’une dépense de marketing digitale génère en moyenne 4,6 fois sa valeur en chiffre d’affaires dont 40 % se répercutant sur le parc de magasins physique.
- le 15/01/2018

Copyright
DGT Associés

DGT ASSOCIÉS - SARL au capital de 7.622 - RCS CRETEIL B 420 495 970

Rédaction : 46, rue du Général-Chanzy 94130 Nogent-sur-Marne
Tél: 33 (0) 1 48 77 37 06 - Fax: 33 (0) 1 48 77 37 36

Publicité & Abonnements: 25, rue Fernand Pelloutier 92100 BOULOGNE
Tél: 33 (0) 1 46 05 40 24 - Fax: 33 (0) 1 46 05 40 25

Website design, webmastering and webhosting by & @ HENDERSON PACIFIC